L’union pour trouver des solutions

Forum sur la prévention de l’itinérance jeunesse

Sur le titre « Tire-toi une bûche », le forum a réuni plusieurs acteurs pour discuter de la problématique de l’itinérance qui prend de l’ampleur au Québec. « L’itinérance jeunesse est très complexe et les causes sont multiples », remarque la cofondatrice de la Coalition Jeunes Plus, Cécile Arbaud. « Des discussions ont porté sur la santé mentale, l’éducation, ainsi que sur les jeunes 2SLGBTQ. Nous avons également formulé des recommandations spécifiques pour les jeunes autochtones. Il y a donc beaucoup de sphères à poursuivre en même temps ».

Le forum promu par la Coalition Jeunes Plus, dont le ROCAJQ fait partie, a réuni 245 personnes à Québec, du 30 avril au 1er mai. L’événement a principalement consisté en des ateliers portant sur les savoirs expérientiels, le terrain et les théoriques. À la fin, cinq des sept personnes qui composent le comité Jeunes Plus ont participé à une table ronde. Tommy Proulx-Roy, l’un des jeunes impliqués, a renforcé l’idée d’unir différents secteurs. « Tout le monde a un rôle à jouer et pour l’avenir des jeunes, c’est ensemble qu’on peut aller plus loin ».

 

Détail à retenir – Participation gouvernementale

Pendant le Forum, le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé un changement dans la façon de travailler du gouvernement, qui prétend mettre davantage l’accent sur la prévention. Carmant a expliqué que les différentes sphères du gouvernement vont désormais travailler ensemble. « Nous allons modifier la gestion des PSL (Programme de supplément au loyer). Non seulement le ministère de la Santé et des Services sociaux travaillera en collaboration avec la SHQ (Société d’habitation du Québec) pour émettre les PSL, mais nous travaillerons également avec l’Union des municipalités du Québec pour faciliter l’accès à des propriétaires privés, ce qui représente souvent un défi. Les Auberges du Cœur représenteront le milieu communautaire et nous aideront à mieux gérer ces PSL ». Le ministre a également expliqué qu’idéalement, les jeunes susceptibles à l’itinérance recevront une aide financière pour se payer un logement dès l’âge de 16 ans.

Le responsable des communications et de l’analyse politique du ROCAJQ, Fernando Rotta, a représenté le regroupement pendant l’événement. « Il est vraiment important de pouvoir échanger, mais il faut absolument reconnaître le rôle des organismes communautaires. Sans un financement adéquat pour la mission globale des organismes en première ligne, la crise de l’itinérance et du logement a tendance à s’aggraver ». Une étude dévoilée l’année dernière a révélé que 10 000 personnes sont en situation d’itinérance au Québec, soit une hausse de 44% par rapport à 2018.