Les propos contradictoires du ministre Blais concernant le projet de loi 70

blais

Montréal, le 22 février 2016 – Le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ) exige du ministre François Blais qu’il respecte sa parole.

Lors de son audition en commission parlementaire dans le cadre du projet de loi 70, le ROCAJQ s’est dit inquiet face à la disparition d’Emploi Québec, à la diminution des points de services et à la perte de l’expertise du gouvernement en matière d’employabilité.

Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale a affirmé catégoriquement que ces inquiétudes n’étaient pas justifiées. Or, nous apprenons cette semaine la fermeture des Centres locaux d’emploi de Châteauguay, de Saint-Rémi et de Contrecoeur et que ceux de Granby et Boucherville le seront sous peu.

Les impacts sur la population seront nombreux surtout dans un contexte où, tel que décrit dans le projet de loi 70, il est préconisé un accompagnement personnalisé pour tous les premiers demandeurs.

Le ROCAJQ exige du ministre de la constance et rappelle que l’homme n’est pas jugé sur ses paroles, mais bien sur ses actes.

 

– 30 –

 

 

Le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ) regroupe 50 organismes membres, répartis sur l’ensemble du territoire québécois, qui font une différence dans la vie de plus de 300 000 jeunes.

 

 

Sources :
 
Marie Eve Gauthier
Adjointe de direction et
Responsable des communications pour le ROCAJQ
3736 rue St-Hubert, Montréal Qc, H2L 2A4
Bur. : 514 388-7942
Cell. : 514-528-5932
Courriel : info@rocajq.org  
Site Internet : www.rocajq.org
 
 
Pour le communiqué en version PDF  Communiqué PL70_exigences – ROCAJQ